POSTCARDS (reissue)

« LUCIEN, LA VIE QU’ON VIT, MÊME DE DOS, VOYAGE EN RETARD PRÈS DU CORPS SANS VALISE…
LA VIE GARANTIE BIO… TAKAKROIRE… »
(BALKANS, tiré de « SUR LA CORDE RAIDE – PIERRE SOLETTI)

Spectacle créé le 7 novembre 2014 à la Scène Nationale de Sète avec Boris Darley (claviers) et Norbert Lucarain (percussions)

Reprise 2017 avec

Emilie Lesbros (voix) Patrice Soletti (guitare/direction)
Vincent Lafont (claviers/ effets) François Rossi (batterie/objets)

télécharger le > Dossier de Diffusion < ici     télécharger la > Revue de Presse < ici


PostCards, est une transposition dans le sonore du concept de « Dérive » élaboré par Guy Debord*. Avec le parti-pris de jouer sur le thème ludique de la carte postale, objet-mosaique, conventionnel et formaté, à la fois lien affectif et produit de consommation « cheap », jetable, Electric Pop Art Ensemble incorpore texte, parole et musique en traversant divers courants des musiques populaires (rock, jazz, pop…) et savantes (minimalisme, improvisation, musiques répétitives…)

Avec des titres comme « Paris », « Barcelone », « London Stock Exchange» ou encore «Rue d’Alger», Electric Pop Art Ensemble trace un itinéraire sonore fascinant. En fermant les yeux, on pourra voir surgir toutes sortes d’images, comme tirées d’un long métrage cinématographique.
* Entre les divers procédés « situationnistes » la dérive se définit comme une technique du passage hâtif à travers des ambiances variées. Le concept de dérive est indissolublement lié à la reconnaissance d’effets de nature psychogéographique, et à l’affirmation d’un comportement ludique-constructif, ce qui l’oppose en tous points aux notions classiques de voyage et de promenade.

Dossier de Presse
Ecouter l’album

« Un Supergroupe… » (Antoine Pattefoz – La Marseillaise)

« Une superbe palette d’alléchants climats musicaux dans une grande diversité » (Guy Reynard – La Gazette de Montpellier).

« Un objet sonore non identifié. » (Jean Pougnet – Olé !)

Une (auto)fiction sonore? (notes)

«Pas à pas, à travers l’improvisation, l’écriture et les pratiques expérimentales, ma vision de la guitare s’est progressivement élargie. Aujourd’hui ma SG est autant «instrument» que «résonateur» et je l’extrapole souvent d’objets divers pour créer des sonorités «électro-acoustiques».
Avec l’Electric Pop Art Ensemble, je reviens vers une utilisation « traditionelle» de l’instrument, en renouant au passage avec un certain «lyrisme» à travers la mélodie et les structures rythmiques dansantes – sans pour autant renoncer à tirer parti des préparations de l’instrument et des textures que j’ai forgées depuis plusieurs années.
Avec
PostCard, j’ai pû réaliser ce rêve de fondre mon travail autour de la « guitare augmentée » en incorporant la parole et la voix, les rythmes mesurés et des textes d’auteurs, dans un processus de création pouvant s’apparenter à celui d’une «fiction sonore» – au sens radiophonique, voire cinématographique – pour tenter de dire l’urgence, la fragilité des choses, l’indignation… » Patrice Soletti

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

PostCards a bénéficié du dispositif d’aide à la résidence de création du Collectif Jazz en L’R’ et de la SPEDIDAM
Coproduction l’Oreille Electrique, Collectif Jazz en L’R, Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau